Ipsen est un groupe biopharmaceutique mondial engagé pour l’amélioration de la qualité de vie du patient, en oncologie, neurosciences et maladies rares.

Ipsen et Exelixis annoncent les résultats de l’étude de phase 3 avec le cabozantinib démontrant un bénéfice significatif en termes de survie globale chez des patients atteints de carcinome hépatocellulaire avancé précédemment traité

 

Les résultats de l’étude pivot de phase 3 CELESTIAL, notamment des analyses supplémentaires de sous-groupes, feront l’objet d’une présentation orale le vendredi 19 janvier lors du Symposium 2018 de l’American Society of Clinical Oncology sur les cancers gastro-intestinaux (ASCO GI)

 

En accord et en collaboration avec son partenaire Exelixis, Ipsen prévoit de déposer au premier semestre 2018 une demande d’extension de l’autorisation de mise sur le marché initiale auprès de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) et des autres agences réglementaires pertinentes

 

Paris (France), le 16 janvier 2018 – Ipsen (Euronext : IPN ; ADR : IPSEY) et Exelixis, Inc. (NASDAQ : EXEL) ont annoncé aujourd’hui  les résultats détaillés de l’étude pivot de phase 3 CELESTIAL chez des patients atteints de carcinome hépatocellulaire (HCC) avancé précédemment traité. Ils seront présentés lors d’une session orale « late-breaking » dans le cadre du Symposium 2018 de l’ASCO-GI qui se tiendra à San Francisco du 18 au 20 janvier 2018. Dans l’étude CELESTIAL, le cabozantinib a démontré une amélioration statistiquement significative de la survie globale (OS) et cliniquement pertinente, par rapport au placebo,  critère d’évaluation principal, lors de la deuxième analyse intermédiaire prévue (valeur p critique prédéfinie £ 0,021) pour la population de patients en seconde et troisième lignes de traitement inclus dans l’étude. L’OS médiane était de 10,2 mois avec le cabozantinib contre 8,0 mois avec le placebo (HR 0,76, IC 95 % 0,63-0,92 ; p=0,0049). La survie sans progression (PFS) médiane avait plus que doublé, atteignant 5,2 mois avec le cabozantinib et 1,9 mois avec le placebo (HR 0,44, IC 95 % 0,36-0,52 ; p<0,0001). Les taux de réponse objective selon RECIST 1.1 étaient de 4 % avec le cabozantinib et de 0,4 % avec le placebo (p=0,0086). Un contrôle de la maladie (réponse partielle ou maladie stable) a été obtenu chez 64 % des patients du groupe cabozantinib contre 33 % dans le groupe placebo.

 

Dans une analyse d’un sous-groupe de patients dont le HCC avancé avait été précédemment traité uniquement par sorafénib (70 % des patients de l’étude), l’OS médiane était de 11,3 mois avec le cabozantinib contre 7,2 mois avec le placebo (HR 0,70, IC 95 % 0,55-0,88). La PFS médiane dans ce sous-groupe était de 5,5 mois avec le cabozantinib contre 1,9 mois avec le placebo (HR 0,40, IC 95 % 0,32-0,50). Le profil de tolérance a été consistant avec celui connu pour le cabozantinib.

 

Le Docteur Ghassan K. Abou-Alfa, Memorial Sloan Kettering Cancer Center, New York et investigateur principal de l’étude CELESTIAL, présentera le vendredi 19 janvier 2018 à partir de 14h15 (PT)les résultats détaillés, notamment les analyses de l’OS et de la PFS dans différents sous-groupes de patients, lors de la session B de présentation orale des abstracts : Cancers du pancréas, de l’intestin grêle et des voies hépatobiliaires.

 

« Le pronostic des patients atteints d’un carcinome hépatocellulaire avancé est souvent peu favorable et les options thérapeutiques après une première thérapie systémique sont limitées », a déclaré le Dr Abou-Alfa. « Les améliorations cliniquement significatives de la survie globale et de la survie sans progression obtenues dans l’étude CELESTIAL montrent que, s’il est autorisé, le cabozantinib pourrait devenir une nouvelle option thérapeutique majeure pour ces patients. »

 

« Nous nous réjouissons du bénéfice potentiel que le cabozantinib peut apporter auxpatients atteints d’un carcinome hépatocellulaire avancé précédemment traité », a déclaré le Docteur Gisela Schwab, Présidente, Développement produit et affaires médicales et Chief Medical Officer, Exelixis. « Compte tenu de la prévalence mondiale du carcinome hépatocellulaire avancé, il est urgent de proposer de nouvelles options thérapeutiques à cette population de patients. Nous espérons déposer au cours du premier trimestre 2018 une demande d’indication supplémentaire pour le cabozantinib auprès des autorités réglementaires américaines (FDA) et poursuivre ainsi notre mission, d’aider les patients cancereux à se rétablir et à vivre plus longtemps. »

 

Le Docteur Alexandre Lebeaut, Vice-Président exécutif, R&D, Chief Scientific Officer, Ipsen, a déclaré : « Les patients, pour lesquels le diagnostic d’un carcinome hépatocellulaire avancé a été établi, ont un besoin urgent de nouvelles options thérapeutiques. Les résultats positifs de l’étude de phase 3 CELESTIAL sont encourageants tant pour les médecins que pour les patients. Nous comptons déposer au cours du premier semestre 2018 auprès de l’EMA, et des autres agences réglementaires pertinentes, une demande de variation de l’autorisation de mise sur le marché initiale. »

Les effets indésirables de grade 3 ou 4 les plus fréquents (≥10 %) dans le groupe cabozantinib, par rapport au groupe placebo, ont été l’érythrodysesthésie palmo-plantaire (17 % contre 0 %), l’hypertension (16 % contre 2 %), l’élévation de l’aspartate aminotransférase (12 % contre 7 %), la fatigue (10 % contre 4 %) et la diarrhée (10 % contre 2 %). Les effets indésirables de grade 5 liés au traitement ont concerné six patients dans le groupe cabozantinib (insuffisance hépatique, fistule œsophagobronchique, thrombose de la veine porte, hémorragie des voies digestives supérieures, embolie pulmonaire et syndrome hépatorénal) et un patient dans le groupe placebo (insuffisance hépatique). 16 % des patients dans le groupe cabozantinib et 3 % des patients dans le groupe placebo ont arrêté le traitement en raison d’évènements indésirables liés au traitement.

 

Webcast destiné à la communauté financière

Ipsen et son partenaire Exelixis organiseront une conférence en direct destinée à la communauté financière sur les données présentées lors du Symposium 2018 de l’American Society of Clinical Oncology sur les Cancers gastrointestinaux (ASCO-GI). Ce webcast se déroulera après la clôture des présentations de l’ASCO-GI le vendredi 19 janvier 2018 à partir de 21h30 EST/18h30 PST (heure locale de San Francisco). Au cours de cette conférence, les directions d’Exelixis et d’Ipsen, ainsi qu’un invité, présenteront et expliqueront les données cliniques sur le cabozantinib présentées plus tôt dans la journée dans le cadre du Symposium. Ipsen a déjà annoncé que des résultats détaillés de l’étude CELESTIAL feraient l’objet d’une présentation orale « late-breaking » lors de l’ASCO-GI. CELESTIAL est une étude randomisée, en double aveugle contre placebo avec le cabozantinib chez des patients atteints de carcinome hépatocellulaire avancé, précédemment traités par sorafénib.

Pour suivre ce webcast, connectez vous à www.exelixis.com et ouvrez la page News & Events/Event Calendar dans la rubrique Investors & Media. Veuillez vous connecter au site Web de la société au moins 15 minutes avant la présentation pour avoir le temps de télécharger tout logiciel nécessaire pour suivre le webcast. Vous pouvez également appeler le numéro +1 855-793-2457 (national) ou +1 631-485-4921 (international) et donner le mot de passe 2478857 pour suivre le webcast par téléphone. Une réécoute du webcast sera archivée sur www.exelixis.com pendant un an. Une réécoute téléphonique sera également disponible jusqu’au 26 janvier 2018 à 23h59 EST. Pour accéder à la réécoute téléphonique, composez les numéros suivants : +1 855-859-2056 (national) et +1 404-537-3406 (international) ; le mot de passe est 2478857.

 

À propos de l’étude CELESTIAL

CELESTIAL est une étude randomisée, en double aveugle contre placebo avec le cabozantinib chez des patients atteints de HCC avancé, menée dans plus de 100 sites de 19 pays. L’étude a été conçue pour recruter 760 patients atteints de HCC avancé, précédemment traités par sorafénib et ayant éventuellement reçu jusqu’à deux traitements anticancéreux systémiques antérieurs pour le HCC et présentant une fonction hépatique adéquate. Le recrutement de l’étude a été finalisé en septembre 2017. Les patients ont été randomisés 2:1 pour recevoir cabozantinib 60 mg une fois par jour ou le placebo. Ils ont été stratifiés en fonction de l’étiologie de la maladie (hépatite C, hépatite B ou autre), de la région géographique (Asie versus autres régions) et de la présence d’une extension extra-hépatique et/ou d’une invasion macrovasculaire (oui/non). Aucun cross-over n’a été autorisé entre les groupes de traitement durant la période en aveugle.

 

Le critère d’évaluation principal de l’étude est la survie globale (OS) ; les critères d’évaluation secondaires comprennent le taux de réponse objective et la survie sans progression. Les critères d’évaluation exploratoires comprennent les résultats rapportés par les patients (Patient Reported Outcomes), les biomarqueurs et la tolérance.

 

Compte tenu des données cliniques issues de diverses études publiées concernant le traitement de deuxième ligne du HCC avancé, les hypothèses statistiques de l’étude CELESTIAL pour le critère d’évaluation principal (survie globale) ont postulé une OS médiane de 8,2 mois pour le groupe placebo. Un total de 621 événements fournissent à l’étude une puissance de 90 % pour détecter une augmentation de 32% de l’OS médiane (HR = 0,76) au moment de l’analyse finale. Deux analyses intermédiaires ont été prévues et réalisées au seuil des 50 % et 75 % des 621 événements prévus. Au moment de la première analyse intermédiaire réalisée par le Comité indépendant de contrôle des données, le rapport de risque observé était de 0,71 et la valeur p de 0,0041, qui n’a pas dépassé le seuil d’arrêt pour la première analyse intermédiaire (p ≤ 0,0037).

 

Le 16 octobre 2017, Ipsen a annoncé que le Comité indépendant de contrôle des données recommandait l’arrêt de l’étude à l’issue de la seconde analyse intérimaire pour des raisons d’efficacité, l’étude ayant atteint son critère d’évaluation principal de survie globale (OS) (valeur p critique p prédéfinie £ 0,021).

© Ipsen Pharma, 65 Quai Georges Gorse, 92100 Boulogne-Billancourt, France. All rights reserved. - 2019