Ipsen conforte sa position de leader dans la recherche sur les neurotoxines par une forte présence lors de la conférence TOXINS 2019

Paris (France), 11 janvier 2019 – Ipsen (Euronext : IPN ; ADR : IPSEY) a annoncé aujourd’hui que l’abobotulinumtoxinA (Dysport®) et son pipeline de toxines botuliques recombinantes feront l’objet de 50 posters lors de la conférence internationale TOXINS 2019. Les résultats d’études précliniques (in vivoin vitroex vivoin silico), cliniques (Phases I – IV) et d’une enquête patients/aidants seront présentés à cette occasion. Parmi les données présentées, on peut noter essentiellement des données complémentaires sur la différenciation de Dysport® dans le traitement de la spasticité et des mouvements anormaux1, les résultats de la première étude chez l’homme d’une neurotoxine recombinante (rBoNT-E), des données de vie réelle (ULIS-III), ainsi qu’une enquête réalisée auprès des patients et de leurs aidants sur le fardeau de la spasticité (Carenity).

« Les données qui seront présentées dans le cadre du congrès TOXINS 2019 différencient une nouvelle fois Dysport® dans le traitement de la spasticité et des mouvements anormaux, et démontrent les avancées réalisées dans notre pipeline, notamment avec les nouvelles toxines botuliques recombinantes, comme notre rBoNT-E à action rapide, » a déclaré Alexandre Lebeaut, Vice-Président Exécutif, R&D et Chief Scientific Officer, Ipsen. « Nous espérons réaliser pendant de nombreuses années encore des progrès réels et significatifs pour renforcer notre engagement à améliorer la vie des patients grâce à des traitements innovants et efficaces, et en transformant le paradigme de traitement par des approches personnalisées. »

Avec Dysport® (abobotulinumtoxinA), Ipsen permet d’aborder différentes indications thérapeutiques2 avec un seul produit. Injectée selon la posologie recommandée, la quantité de neurotoxine active dans Dysport® (données3 publiées dans Toxins, en décembre 2018) pourrait potentiellement être l’un des principaux facteurs responsable du soulagement symptomatique de longue durée constaté dans les études cliniques de phase 34-5 avec un profil de sécurité et de tolérance bien caractérisé. Avec une durée d’action longue, Dysport®cherche à répondre à un besoin non satisfait pour les patients et leurs familles.

Alexandre Lebeaut a ajouté : « Nous sommes fiers et impatients de présenter ces nouvelles données lors du congrès TOXINS 2019 qui s’appuient sur les 30 ans d’expérience clinique de Dysport®. Nous allons poursuivre nos investissements dans ce médicament unique par des recherches et des études cliniques afin d’explorer davantage son potentiel et de répondre aux besoins des patients. »

© Ipsen Pharma, 65 Quai Georges Gorse, 92100 Boulogne-Billancourt, France. All rights reserved - 2021