Exelixis et Ipsen présentent lors de la réunion de l’ASCO 2021 les résultats détaillés de l’étude de Phase III évaluant le cabozantinib chez des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié

  • De nouvelles découvertes ont démontré que le bénéfice significatif en termes de survie sans progression observé dans la population en intention de traitement, était également cohérent dans tous les sous-groupes
  • Les résultats de l’étude COSMIC-311 ont servi de base pour la nouvelle demande d’autorisation déposée par Exelixis auprès des autorités réglementaires américaines (FDA)
  • Les données paraîtront dans la prochaine édition de la revue The Lancet Oncology 

 

ALAMEDA (Californie) et PARIS – 7 juin 2021 – Exelixis, Inc. (NASDAQ : EXEL) et Ipsen (Euronext:IPN ; ADR : IPSEY) présentent les résultats détaillés de l’étude pivotale de Phase III COSMIC-311 évaluant le cabozantinib chez des patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié (DTC) réfractaire à l’iode radioactif et précédemment traité. Les résultats de l’étude, qui a atteint le critère d’évaluation principal – l’amélioration significative de la survie sans progression (SSP) – à l’issue d’une revue en aveugle par un comité de radiologie indépendant (BIRC), paraîtront dans la revue The Lancet Oncology et ont été soumises aux autorités réglementaires américaines (FDA). Les données seront exposées lors de la Présentation orale d’abstracts (Oral Abstract Session) sur les cancers de la tête et du cou le lundi 7 juin à 20h45 CEST lors de la réunion annuelle 2021 de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) (abstract #6001).

« Face à la progression de la maladie sous traitement anti-VEGFR, les patients atteints d’un cancer de la thyroïde différencié réfractaire à l’iode radioactif ne disposent actuellement d’aucun traitement de référence. Les résultats favorables de l’étude COSMIC-311 constituent en cela une avancée clinique importante pour cette communauté qui a tant besoin de nouvelles options thérapeutiques, » a déclaré Marcia S. Brose, MD,Ph.D., Professeure titulaire de la chaire d’oto-rhino-laryngologie en chirurgie de la tête et du cou, Directrice du Center for Rare Cancers and Personalized Therapy au Abramson Cancer Center de l’Université de Pennsylvanie, et investigatrice principale de l’étude COSMIC-311. « L’amélioration significative de la survie sans progression et les tendances favorables observées en termes de survie globale suggèrent que le cabozantinib pourrait bien devenir une nouvelle option importante pour ces patients. »

 

Les résultats de l’étude COSMIC-311 ont servi de base pour la nouvelle demande d’autorisation déposée par Exelixis auprès des autorités réglementaires américaines (FDA) visant à étendre l’indication de CABOMETYX chez les patients âgés de 12 ans et plus, atteints d’un DTC ayant progressé après un traitement antérieur et réfractaire à l’iode radioactif (dans le cas où le traitement par iode radioactif était préconisé).
Comme annoncé précédemment, lors d’une analyse intermédiaire prévue, le cabozantinib a démontré une réduction significative du risque de progression de la maladie ou de décès, de 78 % par rapport au placebo (rapport de risque [HR] 0,22 ; Intervalle de confiance 96 % [IC] : 0,13-0,36 ; P<0,0001) dans la population en intention de traitement (ITT). Sur une période de suivi médiane de 6,2 mois, la SSP médiane n’a pas été atteinte (IC 96 % : 5,7 mois-non estimable) chez les patients traités par cabozantinib et était de 1,9 mois (IC 96 % : 1,8-3,6 mois) chez les patients recevant un placebo. Les données présentées lors de la réunion annuelle de l’ASCO 2021 démontrent que les HR pour la SSP étaient systématiquement en faveur du cabozantinib par rapport au placebo pour des sous-groupes prédéfinis, y compris chez les patients âgés de ≤ 65 ans par rapport aux patients âgés de plus de 65 ans ; avec un traitement antérieur par lenvatinib (oui vs non) et plusieurs traitements antérieurs ciblant le récepteur du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGFR) (1 vs 2).
Les résultats du co-critère principal – le taux de réponse objective (ORR) – chez les 100 premiers patients randomisés après six mois sont en faveur du cabozantinib à 15 % contre 0 % pour le placebo bien que cette différence ne soit pas significative d’un point de vue statistique (P=0,028). Dans la population ITT, la taille des lésions cibles a réduit pour 76 % d’entre elles chez les patients recevant le cabozantinib contre 29 % chez les patients recevant le placebo. La survie globale médiane n’a été atteinte dans aucun des groupes de traitement, mais le cabozantinib a produit des résultats plus favorables (HR 0,54 ; IC 95 % : 0,27-1,11).
Le profil d’innocuité était cohérent avec celui précédemment observé pour le cabozantinib et les événements indésirables (EI) ont été gérés avec des modifications de dose. Le taux d’arrêt du traitement en raison d’EI survenus sous traitement était de 5 % pour le cabozantinib contre 0 % pour le placebo. Les EI de grade 3 ou 4 les plus courants survenus sous cabozantinib (≥5 %), toutes causalités confondues, étaient l’érythrodysesthésie palmo-plantaire (10 %), l’hypertension (9 %), la fatigue (8 %), la diarrhée (7 %) et l’hypocalcémie (7 % ). Aucun décès lié au traitement n’a été observé par les investigateurs.

En février 2021, les autorités réglementaires américaines (FDA) ont accordé la désignation de « Breakthrough Therapy » au cabozantinib comme traitement potentiel chez les patients atteints d’un DTC ayant progressé après un traitement antérieur et qui est réfractaire à l’iode radioactif (dans le cas où le traitement par iode radioactif était préconisé).
« Nous sommes ravis de présenter plus en détail les résultats de l’étude COSMIC-311 à la suite de nos précédentes annonces dans lesquelles nous révélions que l’étude avait atteint son critère d’évaluation principal, la SSP, et que nous avions reçu la désignation de “Breakthrough Therapy” pour le cabozantinib plus tôt cette année, » a déclaré Gisela Schwab, MD, Présidente, Développement de produits et Affaires médicales, et Chief Medical Officer, Exelixis. « La soumission de notre demande d’autorisation aux autorités réglementaires américaines pour CABOMETYX est une étape majeure pour répondre dès que possible au besoin thérapeutique urgent de cette communauté de patients. »
« Les résultats de l’étude de Phase III COSMIC-311 étaient très attendus compte tenu de la durée de survie actuelle des personnes vivant avec cette forme rare de cancer de la thyroïde différencié, de trois à cinq ans seulement après la détection de lésions métastatiques, » a déclaré Howard. Mayer, MD, Vice-Président exécutif, Directeur de la Recherche et du Développement, Ipsen. « Nous nous réjouissons de partager ces données lors de la réunion de l’ASCO avec Exelixis et de souligner ainsi notre engagement continu à explorer plus avant le potentiel du cabozantinib dans plusieurs variétés de cancers difficiles à traiter. Nous sommes impatients de travailler avec les autorités réglementaires de nos territoires respectifs pour apporter une nouvelle option de traitement significative à une population de patients ayant un besoin critique. »

© Ipsen Pharma, 65 Quai Georges Gorse, 92100 Boulogne-Billancourt, France. All rights reserved - 2021