Ipsen est un groupe biopharmaceutique mondial engagé pour l’amélioration de la qualité de vie du patient, en oncologie, neurosciences et maladies rares.

Ipsen présente ses résultats du premier semestre 2020 et de nouveaux objectifs financiers pour l’année

Paris (France), le 30 juillet 2020 – Ipsen (Euronext : IPN ; ADR : IPSEY), groupe biopharmaceutique mondial de spécialité, a publié aujourd’hui ses résultats financiers pour le premier semestre 2020.

 

  • Performances financières résilientes au premier semestre
    • Croissance des ventes du Groupe de 3,1% (ventes publiées et à taux de change constant), portée par la croissance de 5,9%[1] des ventes en Médecine de Spécialité grâce à Somatuline® (lanreotide) (en croissance de 16,4%1). Les ventes de Santé Familiale ont diminué de 21,1%1. Les ventes du Groupe au deuxième trimestre 2020 ont baissé de 2,2%1, affectées par la pandémie de la COVID-19.
    • Marge opérationnelle des activités à 32,3% des ventes, en hausse de 0,8 point, tirée par la croissance des ventes en Médecine de Spécialité et la baisse des dépenses principalement en raison de la COVID-19. Marge opérationnelle IFRS à 19,7% des ventes, en baisse de 6,1 points.
    • Résultat net consolidé des activités de 297 millions d’euros) ou un à 3,55 euros par action (en hausse de 5,0%). Résultat net consolidé IFRS 223 millions d’euros, ou 2,66 euros par action (en hausse de +1,0%).
    • Structure bilancielle robuste, avec une Dette nette à la clôture de 923 millions d’euros et une solide génération de Free Cash-Flow à hauteur de 233 millions d’euros, en hausse de 132 millions d’euros par rapport à 2019, principalement soutenue par une amélioration du Cash-Flow Opérationnel.
  • Impact négatif de la COVID-19 : comme prévu, le portefeuille en Médecine de spécialité s’est montré résilient au deuxième trimestre 2020, malgré un écoulement des stocks qui avaient été constitués au premier trimestre sur les produits d’Oncologie et la fermeture des centres de soin qui a affecté l’activité en Neurosciences. Les ventes en Santé Familiale, notamment celles de Smecta® (diosmectite), ont continué de baisser dans la plupart des zones géographiques malgré une reprise progressive en Chine au deuxième trimestre 2020.
  • Objectifs financiers pour 2020 : Ipsen présente de nouveaux objectifs financiers annuels et prévoit désormais une croissance des ventes du Groupe supérieure à +2,0% à taux de change constant, et une marge opérationnelle des activités supérieure à 30,0% des ventes. Ces objectifs prennent en compte le niveau élevé d’incertitudes lié à la COVID-19, et supposent une reprise progressive des activités suite à la pandémie, et aucun impact en cas d’arrivée d’un nouveau générique sur le marché des analogues de la somatostatine (SSA).
  • Des avancées significatives dans le portefeuille de produits en R&D : (1) pour Cabometyx® (cabozantinib) en combinaison avec le nivolumab dans le RCC 1L2 avec de premiers résultats positifs de l’essai de Phase 3 CheckMate-9ER évaluant[2]; (2) pour Cabometyx en association avec l’atezolizumab avec la participation aux essais de Phase 3 en cours pour le NSCLC 2L3 et le CRPC 2L4 ; (3) pour Onivyde® (irinotecan liposome injection) avec l’attribution du statut « Fast Track » par la FDA pour le PDAC 1L5, (4) pour Dysport® (botulinum toxin type A) avec l’approbation en Chine dans la réduction des rides de la glabelle et la mise à jour de l’indication aux États-Unis pour le traitement de la spasticité chez l’enfant, (5) pour IRICoR avec la signature d’un accord avec option de licence avec l’Université de Montréal pour un programme d’oncologie en phase de recherche précoce.

 

David Loew, Directeur général d’Ipsen, a déclaré : « Je suis fier d’avoir pris la direction d’Ipsen depuis le 1er juillet ; cette société biopharmaceutique mondiale ambitieuse bénéficie de fondamentaux solides, et affiche un engagement fort au service des patients ainsi que des perspectives de croissance attrayantes. Je suis impressionné par le talent et l’engagement exceptionnels des collaborateurs que j’ai rencontrés, ainsi que par les données cliniques prometteuses récemment publiées sur Cabometyx. Je suis impatient de pouvoir aider le Groupe à capitaliser sur ces solides atouts. S’agissant de la première publication de résultats semestriels depuis ma prise de fonction, je suis heureux d’annoncer que, malgré le contexte sans précédent lié à la pandémie de COVID-19, Ipsen a enregistré une croissance de son chiffre d’affaires et une amélioration de sa marge opérationnelle. Nous avons ainsi annoncé de nouveaux objectifs pour 2020 et envisageons l’avenir du Groupe en toute confiance. »

 

Analyse des résultats semestriels 2020

Le chiffre d’affaires du Groupe a atteint 1 268,3 millions d’euros, en hausse de 3,1% d’une année sur l’autre.

Les ventes en Médecine de Spécialité ont atteint 1 167,1 millions d’euros, en hausse de 5,9%, tirées par la croissance de 9,5% des ventes en Oncologie, avec la poursuite de la dynamique de Somatuline dans les principales zones géographiques.

Les ventes de Santé Familiale se sont établies à 101,2 millions d’euros, en baisse de 21,1%. La performance de Smecta a été affectée par la COVID-19, la mise en place d’une politique d’achats centralisée dans le réseau hospitalier en Chine et une baisse des ventes en France.

Le Résultat Opérationnel des activités s’élève à 410,2 millions d’euros, en hausse de 5,9%, porté par la croissance des ventes de Médecine de Spécialité. Des économies importantes ont pu être réalisées en frais commerciaux du fait du développement des interactions commerciales en ligne, une réduction des déplacements au sein du Groupe et la virtualisation des conférences et congrès médicaux.

La Marge opérationnelle des activités a atteint 32,3% des ventes, en hausse de 0,8 point par rapport au premier semestre 2019.

Le Résultat net consolidé des activités a atteint 297 millions d’euros, contre 283 millions d’euros en 2019, en hausse de 5,0%, reflétant l’augmentation des Autres charges financières, et une baisse du taux effectif d’impôts des activités (22,5% contre 23,6% au premier semestre 2019).

Le Résultat net des activités dilué par action a augmenté de 5,0% pour atteindre 3,55 euros, contre 3,38 euros en 2019.

Le Résultat Opérationnel IFRS a atteint 249,8 millions d’euros après amortissement des immobilisations incorporelles, comptabilisation des pertes de valeur et autres charges opérationnelles. La Marge opérationnelle courante de 19,7% a baissé de 6,1 points par rapport à 2019, après amortissement des actifs incorporels liés à Cabometyx et la reconnaissance de perte de valeur sur l’actif incorporel palovarotène suite à la décision d’arrêt du programme MO-Ped.

Le Résultat net consolidé IFRS a atteint 222,7 millions d’euros contre 220,6 millions en 2019, en hausse de 1,0%.

Le Résultat net dilué par action IFRS a atteint 2,66 euros contre 2,64 euros en 2019, en hausse de 1,0%.

Le Cash-Flow libre s’est élevé à 233,3 millions d’euros, en hausse de 131 % par rapport aux 101,1 millions d’euros enregistrés en 2019, principalement tiré par une amélioration du Cash-Flow Opérationnel.

La Dette nette à la clôture a diminué à 923,3 millions d’euros, soit une amélioration de 576,2 millions d’euros par rapport à la dette nette de 1 499,5 millions d’euros enregistrée au 30 juin 2019, en raison principalement du Cash-Flow libre généré sur la période.

 

Les comptes ont fait l’objet d’un examen limité des commissaires aux comptes.

Le rapport financier semestriel, en lien avec l’information réglementée, est disponible sur le site internet du Groupe, dans la section Information Réglementée de la rubrique Relations Investisseurs.

 

Impact de la COVID-19

Au deuxième trimestre 2020, la pandémie de COVID-19 a eu un impact négatif sur l’activité. Le portefeuille en Médecine de Spécialité, composé principalement de traitements hautement différenciés pour des pathologies critiques est resté relativement résilient. En Oncologie, les ventes ont été impactées par l’écoulement des stocks après le niveau élevé de commandes enregistrées au cours du premier trimestre dans certains pays d’Europe. En Neurosciences, les ventes ont été davantage impactées du fait de la fermeture des centres de traitement à la fois dans les marchés thérapeutique et esthétique. Les ventes en Santé Familiale ont continué d’être négativement impactées dans la plupart des zones géographiques, malgré une lente reprise en Chine sur le second trimestre 2020.

Par ailleurs, le recours aux canaux digitaux pour les activités de promotion, la réduction des déplacements professionnels ainsi que la participation virtuelle aux conférences médicales, ont conduit à d’importantes économies sur les frais commerciaux sur le premier semestre 2020.

Ipsen continue d’exploiter tous ses sites de production. Les niveaux de stocks actuels sont suffisants et le Groupe n’anticipe aucune difficulté dans la chaîne d’approvisionnement pour fournir les médicaments aux patients. L’impact sur les essais cliniques est également limité malgré un ralentissement général du recrutement de nouveaux patients et de l’intégration de nouveaux sites aux essais cliniques en cours en Europe et aux États-Unis. Les perturbations restent minimes dans l’approvisionnement en médicaments pour les patients participant aux essais.

Ipsen poursuit ses efforts pour garantir l’accès des patients à leurs traitements et minimiser l’impact de cette pandémie dans leurs communautés. Les collaborateurs du monde entier, y compris les fonctions centrales, de fabrication et de distribution, retournent progressivement sur site. L’organisation commerciale commence elle aussi à reprendre le cours normal de ses activités.

Nouveaux objectifs financiers pour l’année 2020

Le Groupe a établi les objectifs financiers suivants pour l’exercice en cours :

  • Croissance des ventes du Groupe d’une année sur l’autre supérieure à +2,0% à taux de change constant, avec un impact défavorable des devises anticipé sur la croissance des ventes à taux de change courant de l’ordre de -0,5%, sur la base du niveau actuel des taux de change.
  • Marge opérationnelle des activités supérieure à 30,0% des ventes, hors investissements additionnels de croissance au sein du portefeuille de R&D.

Ces objectifs prennent en compte le niveau élevé d’incertitudes lié à la COVID-19, et supposent une reprise progressive des activités suite à la pandémie, et aucun impact en cas d’arrivée d’un nouveau générique sur le marché des analogues de la somatostatine (SSA).

 

Palovarotène :

Ces derniers mois, Ipsen a effectué des progrès dans l’avancement du programme de développement du palovarotène. Le Groupe est actuellement en contact avec la FDA afin d’identifier la population de patients éligibles et de définir un plan de développement réglementaire pour le palovarotène dans le traitement de la fibrodysplasie ossifiante progressive (FOP).

Ipsen a pris la décision de mettre fin à son programme de développement dans les ostéochondromes multiples (OM) en raison de l’insuffisance de signaux d’efficacité constatés dans l’analyse de l’essai de Phase 2 MO-Ped. Par conséquent, le Groupe a comptabilisé une perte de valeur de 57,8 millions d’euros avant impôts sur l’immobilisation incorporelle du palovarotène et un produit financier de 45,0 millions d’euros lié aux Certificats de Valeur Garantie (CVR) et à la réévaluation des milestones.

Portefeuille de produits en R&D d’Ipsen :

Cabometyx : Le 20 avril, Ipsen a annoncé que l’étude pivot de Phase 3 CheckMate-9ER, évaluant Cabometyx en association avec Opdivo (nivolumab) par rapport au sunitinib chez des patients atteints d’un carcinome rénal avancé ou métastatique non précédemment traité, a atteint le critère d’évaluation principal à savoir l’amélioration de la survie sans progression (PFS) au moment de l’analyse finale, ainsi que les critères secondaires de survie globale (SG) à une analyse intermédiaire pré-spécifiée et le taux de réponse objective (ORR) ; les critères d’évaluation secondaires comprenant la survie globale (OS) et le taux de réponse objective (ORR) ayant également été atteints lors de l’analyse intérimaire prévue au protocole. Les résultats détaillés de l’essai CheckMate-9ER seront soumis pour présentation lors du Symposium présidentiel II de la prochaine conférence médicale virtuelle de l’European Society of Medical Oncology (ESMO) le 20 septembre prochain.

Par ailleurs, le 2 juillet, Ipsen a annoncé rejoindre la collaboration clinique d’Exelixis et Roche sur des études pivotales internationales de phase III CONTACT-1 et CONTACT-02 récemment initiées. L’essai CONTACT-01 évalue le profil d’innocuité et d’efficacité de Cabometyx en combinaison avec l’atezolizumab chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules métastatique (NSCLC) qui ont été précédemment traités par immunomodulateur et une chimiothérapie à base de platine. L’essai CONTACT-02 évalue le profil d’innocuité et d’efficacité de Cabometyx en association avec l’atezolizumab par rapport à un deuxième nouveau traitement hormonal (NHT) chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate métastatique résistant à la castration (CRPC) qui ont déjà été traités par NHT.

Onivyde : Le 17 juin, la FDA a accordé la désignation « Fast Track » pour l’utilisation expérimentale d’Onivyde en association avec le fluorouracile/ la leucovorine (17-FU/LV) et l’oxaliplatine (OX) pour les patients atteints d’un adénocarcinome canalaire pancréatique (PDAC) non traité antérieurement, à un stade localement avancé ou métastatique, non résécable.

Dysport : Le 5 juin, Dysport a été approuvé en Chine dans le traitement des rides de la glabelle.

Le 9 juillet, la FDA a autorisé Dysport comme traitement à la fois de la spasticité des membres supérieurs et inférieurs chez l’enfant de deux ans et plus, y compris la spasticité causée par la paralysie cérébrale.

Stratégie du portefeuille : Suite à des discussions sur la priorisation des actifs du portefeuille d’Ipsen au cours du deuxième trimestre, le Groupe a décidé d’arrêter le développement de la neurotoxine à action rapide rBoNT/E (IPN 10360) et de l’actif en oncologie IPN 60090 pris en licence du MD Anderson Cancer Center. Par ailleurs, le développement de Dysport dans l’hallux valgus a été interrompu pour des raisons d’efficacité.

Portefeuille de produits en phase initiale de développement : Le 4 mai, Ipsen, IRICoR centre pancanadien de commercialisation de la recherche en découverte de médicaments, et l’Université de Montréal, ont annoncé avoir conclu un accord avec option de licence pour un programme d’oncologie en phase de recherche, conférant à Ipsen l’option d’en acquérir les droits mondiaux exclusifs.

Réunion, webcast et conférence téléphonique (en anglais)

Ipsen a tenu une conférence téléphonique le jeudi 30 juillet 2020 à 14h30 (heure de Paris, GMT+1).

Accédez au replay: https://engage.vevent.com/rt/ipsen/index.jsp?seid=3047

 


 

[1] Croissance des ventes exprimée d’une année sur l’autre hors effets de change, établi en recalculant les ventes de l’exercice considéré sur la base des taux de change utilisés pour l’exercice précédent.

[2] 2 RCC 1L : première ligne du carcinome du rein ; 3 NSCLC 2L : deuxième ligne du cancer du poumon à petites cellules ; 4CRPC : Cancer de la prostate métastatique résistant à la castration ; 5PDAC51L: première ligne de l’adénocarcinome canalaire pancréatique ;

© Ipsen Pharma, 65 Quai Georges Gorse, 92100 Boulogne-Billancourt, France. All rights reserved. - 2020