Urologie-oncologie

Acteur majeur dans la prise en charge des cancers génito-urinaires (prostate et vessie), Ipsen opère dans une aire thérapeutique en pleine évolution où le développement de thérapies innovantes pourrait révolutionner la prise en charge de certains types de cancer.

Les 3 produits phare d’Ipsen en urologie-oncologie

Décapeptyl®, acteur majeur de la prise en charge du cancer de la prostate

Pilier de la Franchise urologie-oncologie, Décapeptyl® est un analogue de la GnRh – hormone secrétée par l’hypothalamus – indiqué principalement dans le traitement hormonal du cancer localement avancé et métastatique de la prostate. Décapeptyl® est également indiqué en gynécologie dans le traitement des fibromes utérins, de l’endométriose, de la puberté précoce et de la stérilité féminine (fécondation in vitro). Décapeptyl® est commercialisé dans plus de 60 pays.

Hexvix®, un impact majeur sur le diagnostic et la prise en charge du cancer de la vessie

Hexvix® est un produit de détection du cancer de la vessie. Il génère une fluorescence spécifique des cellules malines lors de l’examen de cystoscopie (exploration de la vessie par voie urétrale) et permet, grâce une meilleure vision des tumeurs,  d’améliorer la détection et l’exérèse des tumeurs non invasives de cet organe.  En permettant de visualiser avec netteté les contours de la tumeur, le produit permet de réduire considérablement le risque s’une résection incomplète.

Le tasquinimod, première molécule de sa classe

Actuellement en cours d’essai clinique de phase III en partenariat avec Active Biotech, le tasquinimod  est évalué dans les cancers de la prostate au stade métastatique résistants à  la castration chimique ou chirurgicale, chez des patients pour lesquels la chimiothérapie n’est pas encore indiquée (pas ou peu symptomatiques). Le mode d’action unique et novateur du tasquinimod attire l’intérêt croissant de la communauté médicale et présente un potentiel prometteur pour le traitement d’affections malignes autres que le cancer de la prostate.  En effet le tasquinimod crée une nouvelle classe thérapeutique : celle des molécules qui, en agissant sur le micro-environnement des cancers, sont à la fois immuno-actives (qui rétablissent les réactions du système immunitaire contre les tumeurs) et antiangiogéniques (qui empêchent le développement de vaisseaux sanguins qui irriguent les tumeurs). Un essai clinique de phase II, en cours, a pour objectif d’évaluer la tolérance et l’efficacité du tasquinimod chez des patients présentant des tumeurs avancées ou métastatiques hépatiques progressant malgré un traitement standard. 

Au plus près du patient avec la médecine personnalisée

En urologie-oncologie, les biomarqueurs et les outils moléculaires disponibles d’aujourd’hui représentent un enjeu crucial de la médecine personnalisée. Ils apportent une meilleure compréhension des mécanismes de la maladie cancéreuse et une approche intégrée pour diagnostiquer et traiter les patients de manière plus pertinente avec des molécules innovantes.

Ipsen a mis en place un partenariat de recherche avec le laboratoire BioMérieux, expert reconnu des biomarqueurs appliqués à l’oncologie, pour améliorer la prise en charge des patients, et avec l’Institut Gustave Roussy, pour affiner les diagnostics avec les cellules tumorales circulantes (CTC).

Le Groupe a par ailleurs développé un programme d’actions en urologie-oncologie, « 3i Pathways » (Identify, Individualize, Improve) en partenariat avec l’Association européenne d’urologie (EAU) et l’Association française d’urologie (AFU) pour une approche individualisée de la prise en charge des patients. Il comprend notamment des formations auprès des soignants et un outil informatique d’aide à la décision pour les médecins en fonction du profil du patient.