Neurologie

En neurologie, Ipsen est un acteur clé dans le traitement des troubles du mouvement. Le Groupe se donne pour mission d'améliorer la mobilité, l'autonomie et la qualité de vie des patients souffrant de ces troubles très invalidants. L'engagement d'Ipsen dans le domaine des neurotoxines remonte à plus de vingt ans.

Un engagement à long terme, des ambitions fortes

La neurologie et la rééducation fonctionnelle sont des spécialités médicales où l’ensemble des maladies concernant directement le système nerveux central sont étudiées. Ipsen maîtrise l’ensemble du cycle de vie de la toxine botulique de type A. Leader dans l’ingénierie des toxines et des toxines recombinantes, Ipsen dispose d’expertises et de technologies complémentaires qui lui permettent de consolider sa plate-forme technologique et d’innover dans le domaine des formulations liquides prêtes à l’emploi et le développement de nouveaux produits issus des toxines.


Dysport® : un produit, de multiples indications

Dysport® est un produit à base de toxine botulique dite « de type A », une substance issue d’une bactérie qui inhibe l’influx nerveux vers le muscle. En provoquant le relâchement d’un muscle contracté, l’injection de toxine botulique permet de soulager le patient, de lui offrir la possibilité d’avoir à nouveau accès à certaines de ses activités quotidiennes, et ainsi, de retrouver une certaine qualité de vie.

En neurologie et dans d’autres domaines de la médecine de spécialité, Dysport® est administré en milieu hospitalier. Ses indications sont variées : 

  •  la spasticité (exagération de la tonicité musculaire, après un accident vasculaire cérébral par exemple),
  • la dystonie cervicale (affection chronique entraînant une déviation du cou),
  •  le spasme hémifacial (trouble du mouvement caractérisé par la contraction des muscles situés d’un côté du visage pouvant conduire à défigurer la personne),
  • le blépharospasme (contraction involontaire des paupières).

En médecine esthétique, Ipsen et Galderma sont devenus des partenaires exclusifs en juillet 2014 pour le développement et la commercialisation de la toxine botulique dans les indications esthétiques aux États-Unis, au Canada, au Brésil et en Europe (hors Russie). Ils ont également mis en place une collaboration pour le développement et la commercialisation de nouvelles neurotoxines, incluant leurs formulations liquides respectives.

La toxine botulique d’Ipsen est indiquée dans la correction des rides intersourcillières (rides du lion) dues aux contractions répétées des muscles du front.

Dans certains pays, Dysport® est, par ailleurs, prescrit pour le traitement de l’hyperhidrose, caractérisée par une transpiration excessive pour laquelle les solutions classiques sont peu efficaces.


De nouvelles perspectives d’application et de formulation

L’acquisition, en 2013, de l’actuel Ipsen BioInnovation (Syntaxin), un leader dans l’ingénierie des toxines recombinantes, permet à Ipsen d’accéder à des technologies innovantes et ainsi de développer un portefeuille complet de toxines. La technologie unique de cette plate-forme ouvre un large champ de recherche collaborative (par exemple, avec Harvard University) et de développement. Ces toxines de nouvelle génération auront un potentiel d’applications thérapeutiques très large qui apportera des solutions innovantes pour répondre aux besoins des patients.

Ipsen a décidé de répondre à des besoins médicaux non couverts dans la spasticité liée à la sclérose en plaques. Ainsi, en janvier 2014, GW Pharmaceuticals Plc a confié à Ipsen la promotion et la distribution en Amérique Latine (à l’exception du Mexique et des Caraïbes) de Sativex®, un spray buccal extrait du cannabis, destiné au traitement de la spasticité chez des patients atteints de sclérose en plaques (SEP). Par ailleurs, Canbex (“spin out” de la University College London) a octroyé à Ipsen, en février 2015, une option d’achat avec le droit exclusif d’acquérir toutes les actions Canbex au terme de l’étude de phase IIa du principal candidat médicament de Canbex (VSN16R) dans le traitement de la spasticité liée à la sclérose en plaques. Cette molécule innovante est administrée par voie orale.


Un fort développement à l’international

Lancé au Royaume-Uni en 1991, Dysport® est aujourd’hui largement utilisé dans le monde. A fin 2014, Dysport® était enregistré dans plus de 80 pays, dont les États-Unis depuis 2009. Aujourd’hui, le produit se développe dans les pays émergents (Brésil, Corée du Sud …), en particulier en médecine esthétique.

En juillet 2015, les autorités américaines (Food and Drug Administration) ont approuvé la demande d’autorisation de mise sur le marché pour Dysport® dans le traitement de la spasticité des membres supérieurs chez l’adulte afin d’atténuer l’hypertonicité des muscles fléchisseurs du coude, du poignet et des doigts. Il est estimé que 1,8 million d’américains pourraient souffrir de spasticité[1].

 

[1]“Stroke Facts.” Centers for Disease Control and Prevention. Web. 10 June 2015. http://www.cdc.gov/stroke/facts.htm 24 March 2015

Opheim A, et al. (2014). Upper-Limb Spasticity During the First Year After Stroke. Stroke Arm Longitudinal Study at the University of Gothenburg. American Journal of Physical Medicine & Rehabilitation, 93: 884:896

“Traumatic Brain Injury in the United States: Fact Sheet.” Centers for Disease Control and Prevention. 6 June 2015. http:www.cdc.gov/traumaticbraininjury/get_the_facts.html, 24 February 2014

Ganish S, et al. (2013). Medical Comorbidities in Disorders of Consciousness Patients and Their Associations with Functional Outcomes. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 94: 1899-907

Mis à jour le 22 juillet 2015